Friday, 23 February, 2018
HomeCyberAlertCOTE D’IVOIRE: Lutte contre la cybercriminalité: Ce que le gouvernement a décidé

COTE D’IVOIRE: Lutte contre la cybercriminalité: Ce que le gouvernement a décidé

Le ministre des Ntic Bruno Koné ici ce lundi dans un cyber de Yopougon (ph Fm)

ABIDJAN LE 6 FÉVRIER 2012 © koaci.com – La lutte contre la cybercriminalité en Côte d’ivoire a pris une tournure radicale avec la signature d’un décret obligeant les opérateurs de téléphonie mobile et les fournisseurs d’accès Internet à identifier leurs abonnés avant le 31 décembre 2012.

C’est une lapalissade d’avancer aujourd’hui que la Côte d’ivoire est l’eldorado des cybercriminels. La raison de la floraison des cyberescrocs sur les bords de la lagune Ebrié est simple: il n’existait pas de moyens réelles pour pouvoir mettre hors d’état de nuire ou, tout au moins, freiner ces bandits de grand chemin ayant choisi la toile comme théâtre pour opérer toutes sortes d’arnaques. L’inexistence d’une loi obligeant les opérateurs de téléphonie mobile et les fournisseurs d’accès Internet à identifier tous leurs abonnés était souvent décriée comme étant l’une raison rendant difficile la traque aux escrocs du net.

Pour s’imprégner des réalités de la cybercriminalité en Côte d’ivoire, le MinistreKoné Bruno Search Koné Bruno a visité ce lundi 06 janvier des cybercafés dans la commune de Yopougon en compagnie de hackers certifiés et plusieurs journalistes de la presse locale. Cette visite guidée a permis au ministre des TIC de voir comment des personnes malveillantes pouvaient opérer depuis un cyber toutes sortes de fraudes sans être inquiétées.

Au cours de cette visite, Monsieur Yao Ncho, pirate d’éthique certifié, a démontré aux yeux des personnalités présentes comment à partir d’un ordinateur connecté et grâce à un simple logiciel ou par des gestes simples, il était facile d’avoir accès à des informations personnelles, ou à des données classées Top-secret d’une institution ou d’une entreprise sans se faire prendre. Pour lui, plusieurs brouteurs procèdent par de cette manière pour faire des victimes mais que les Hackers étaient capables de “brouter les brouteurs” ou de les mettre hors d’état de nuire, tout simplement.

L’objectif visé par les hackers certifiés était de montrer au ministreKoné Bruno Search Koné Bruno comment des hackers, qui sont des passionnés de l’informatique pouvaient contribuer dans l’exercice de leur métier à réduire le crime sur Internet.

Suite à ces démonstrations, le ministre a tenu à partager avec ses invités, au cours d’un échange qui s’est tenu dans l’enceinte de l’université internationale indienne d’Abidjan sise à Yopougon, les mesures prises par le gouvernement en vue de lutter contre la cybercriminalité. Bien avant, l’occasion fut donné à un autre adepte du hacking présent à cette cérémonie de montrer en quoi consiste le hacking. Pour “Le Messi”, élu meilleur Hacker 2011 lors de “Insecurity Day” à Abidjan, les hackers sont des pirates capables de détecter des failles dans les systèmes de sécurité informatiques les plus sophistiqués puis de proposer des solutions de protection. Il a tenu à souligner qu’en Côte d’ivoire le piratage existe depuis longtemps mais que le terme hacker avait une connotation plutôt négative pour la plus part des ivoiriens.

En prenant la parole, le Ministre des TIC a d’abord souligné l’ambition du gouvernement à vouloir révolutionner le secteur des télécommunications en Côte d’ivoire. Pour lui ,“l’Etat travaille pour que l’offre en télécommunication soit plus importante, la couverture nationale et la concurrence effective”. Aussi selon Koné Bruno, “l’ivoirien moyen doit pouvoir avoir accès à Internet”. Pour cela, il a souligné que le gouvernement est prêt à prendre des mesures. Entre autres, la défiscalisation et les subventions sont celles envisagées.

Par ailleurs, le ministre des TIC a informé son auditoire que l’un des objectifs du nouveau gouvernement était de faire de l’Etat un gros utilisateur des TIC. C’est en ce sens que tous les ministères seront accessible sur Internet avant le 15 février 2012. Le défi dans un avenir proche est de réussir “la gouvernance en ligne” a t-il ajouté. Ces mesures visent à rendre accessible les informations ou documents administratifs, judiciaires en vue de faciliter la vie aux populations.

C’est en vue de sécuriser cette informatisation de l’administration, ce passage au numérique que l’Etat prend des dispositions pour que les “esprits malveillants (selon les termes du ministre) ne viennent pas entraver ce travail”.Koné Bruno Search Koné Bruno a révélé dans son entretien avec la presse l’une des dispositions prise par le gouvernement pour lutter contre la montée fulgurante de la cybercriminalité.

Ainsi a t-il annoncé que depuis le 01 janvier 2012, un décret pris en conseil de gouvernement oblige toutes les compagnies de téléphonie fixe, mobile et les fournisseurs d’accès Internet à tenir à jour un fichier dans lequel seront répertoriés tous les consommateurs des solutions de communication proposées. Ce sont les implications de cette information que le ministre a voulu faire connaître à la presse.

En Côte d’ivoire 95% des utilisateurs de la téléphonie mobile sont des clients prépayés qui ne sont pas identifiés. Malheureusement, avec l’avènement des cellulaires de dernière génération, l’accès à Internet est possible via ces téléphones ce qui augmente le taux d’actes préjudiciables sur les réseaux informatiques. L’opération d’identification des utilisateurs des cartes SIM et des services Internet devrait permettre de remonter jusqu’à chaque responsable d’acte répréhensible. Au ministre de rassurer ses auditeurs en affirmant:” l’idée n’est pas de ficher les gens, l’idée n’est pas d’espionner”. Il s’agit donc de faire en sorte que la Côte d’ivoire “paradis des cyber escrocs” soit mieux vue. Cette identification permettra donc de lutter efficacement contre le “broutage”.

Cette opération devrait s’achever au plus tard le 31 décembre 2012. Cependant, elle se déroulera en deux phases. La première phase court jusqu’au mois de septembre. Les abonnés doivent se faire identifier pendant cette période. Ce délai passé les contrevenants n’auront plus la possibilité de passer des appels mais pourront en recevoir pendant un délai de 3 mois. Au delà, l’abonné devra être retiré de la banque de donnée de l’opérateur de téléphonie.

Par ailleurs ce décret fait obligation aux gérants de cyber et aux administrateurs de site d’identifier les cybernautes à chaque accès de sorte à pouvoir donner des informations fiables sur chaque internaute en cas de problème.

Au terme de son exposé le ministre a rappeler son ambition qui est de:” faire de la Côte d’ivoire, un pays normal, un pays sécurisé dans lequel les cybercriminels n’ont plus leur place et où les hackers contribuent à faire émerger le pays au niveau de la cybercriminalité”. Il a par la suite répondu aux préoccupations des journalistes et étudiants de l’université indienne admis dans la salle de réunion.

À la question d’un confrère de savoir si ce n’est pas une mesure pour réduire la liberté d’expression des journalistes, le ministre a tenu à dire qu’il s’agissait simplement d’une mesure urgente de sécurité. Quant à la question concernant le coût de l’opération, le ministre a rassuré que les abonnés ne devront rien débourser. la charge revenant aux entreprises concernées qui auraient dû le faire depuis longtemps.

Il ajoutera que l’opération d’identification qui est lancée n’est pas la seule mesure prise par le gouvernement. Séance tenante, le ministre des TIC a invité “Le Messi”, “Le Code”, Hassouna et Yao Ncho, tous les quatre spécialistes en hacking à une rencontre dans les jours à venir à son bureau en vue de jeter les bases d’une franche collaboration du gouvernement de Côte d’ivoire avec les Hackers.

Share With:
Rate This Article
No Comments

Leave A Comment

*